The Chemistry Magazine : Online magazine covering music, art, fashion and more
Online magazine covering music, art, fashion and more


Music

15 décembre 2014

Angels & Airwaves ou le rêve aérien de Tom DeLonge

Lorsqu’un nouvel album atteint le top 1 catégorie rock des ventes digitales de plus de 12 pays (aux dernières nouvelles), le notre compris, et détrône ainsi le nouveau Rock or Bust d’AC/DC, il s’agit de savoir à qui on a à faire. L’album en question, il se prénomme The Dream Walker. Le groupe à l’origine de ce prodige, c’est Angels & Airwaves. Son fondateur, c’est Tom DeLonge. Ça vous dit quelque chose? Tant mieux, votre cas n’est pas totalement désespéré.

Si Tom DeLonge est un nom que l’on retient, c’est qu’il y a une raison: à l’origine de trois projets musicaux plus ambitieux les uns que les autres, il s’est fait connaître aux yeux de tous dès les années 90 avec la légende Punk-Rock nommée Blink-182. Accompagné à l’époque de Mark Hoppus & de Travis Barker, ils se sont imposés comme des maîtres du genre, avec leur caractère explosif, leur attitude puérile et leurs riffs déjantés. Derrière tout cet énorme délire se cachait déjà à l’époque un réel talent, une sensibilité dans les mélodies et la composition peu commune chez ce genre de formation.

Ce trio avait tout pour lui: un batteur que tout le monde s’arrachait (et s’arrache encore aujourd’hui, notamment dans le monde du hip-hop), ce dernier étant très souvent présent dans les classements des meilleurs mondiaux; un bassiste à l’humour décadent, ne se contentant jamais du background pour s’exprimer et dont les compositions et la voix donnaient une double identité au groupe; et enfin un guitariste hors du commun, à la voix d’adolescent et à l’énergie débordante. À partir de 2002, Delonge fonde un projet parallèle en compagnie de Travis & David Kennedy nommé Box Car Racer: davantage punk, celui-ci causera quelques tensions entre Delonge et Hoppus. À tel point qu’en 2005, la séparation de Blink est officielle. Tom prend alors un nouveau tournant musical, accompagné de David, il fonde le groupe Angels & Airwaves.

Si je vous en parle aujourd’hui, c’est pour vous partager l’incroyable talent de cette formation que l’on surnomme AVA. Encore trop inconnu du grand public français, il me paraît nécessaire de présenter cette musique qui n’a pas son pareil; celle qu’on appelle l’aéro-rock.

De fait, le groupe est transcendé par la thématique de l’aéro-spatial. Avec ses sonorités issues du ciel et de l’espace, il vous envoie au-delà des étoiles pour un voyage musical unique. Son premier album, considéré par beaucoup comme le meilleur, We Don’t Need To Whisper a beaucoup fait parler de lui, donnant une réelle identité au projet. Le bassiste originel est par la suite remplacé par Matt Wachter, ancien membre du groupe 30 Seconds To Mars (auquel on compare quelque fois AVA) et un deuxième album voit le jour: I-Empire. Sur une veine plus rock, il se diversifie davantage, l’apport du nouveau-venu y étant pour quelque chose. En 2009, alors que la réunification de Blink-182 est annoncée, l’un des plus grands projets AVA se prépare: il est nommé LOVE. Avec pour centre la thématique de l’amour, celui-ci ne se contente pas d’être un album, il est également un long-métrage de science-fiction, réalisé par William Eubank avec en bande originale les musiques du groupe. Tout prend alors une plus grande ampleur: l’album éponyme paraît gratuitement sur le site officiel du groupe le jour de la Saint-Valentin de l’année 2010. Entièrement réalisé dans leurs propres studios indépendants, il restera en téléchargement libre pendant de nombreux mois. Un deuxième opus verra le jour, au cours de l’année 2012, alors que le batteur Atom Willard quitte le groupe et qu’Ilan Rubin (Lostprophets, Nin Inch Nails) le remplace: Love Part.II. L’aventure Love terminée, deux années passent, David et Matt restant plus en retrait, tandis que Tom & Ilan se mettent à composer conjointement de nouvelles chansons pour le prochain album…

Le résultat de ces deux années, il est enfin là; disponible depuis deux jours sur iTunes et beaucoup d’autres plateformes. Et encore une fois, il ne vient pas seul. AVA a vu grand cette fois-ci, car la sortie de The Dream Walker est accompagnée d’un court-métrage animé d’une grande qualité, réalisé dans le même temps que l’album, et auquel ce dernier offre une ambiance sonore incroyable: Poet Anderson, The Dream Walker. Comme annoncé, ces deux projets intimement liés traitent du rêve et de son univers, le groupe quittant l’espace pour explorer les confins de l’esprit humain. Des bundles collectors comprenant vinyl, CD, DVD, comic-book, t-shirt et nombreux goodies sont proposés sur le site officiel, pour parfaire ce voyage imaginaire. L’album se veut plus terre à terre, renouant avec les sonorités des anciennes formations de Tom Delonge. On retrouve un esprit plus Blink sur certains aspects, plus Box Car Racer sur d’autres. Une grande place à l’originalité y est également laissé, certaines tracks allant plus loin, explorant des sillons encore inconnus pour le groupe. On ressent des influences tantôt électroniques, tantôt punk, tantôt rock. Aucune chanson ne se ressemble, formant un tout très hétérogène mais cohérent. L’album garde dans son ensemble cet esprit aérien dont AVA a le secret et dont les plus grands fans ont besoin pour pleinement profiter des nouvelles productions du groupe.

Ainsi, un ancien quator, aujourd’hui devenu duo, a été capable de se surpasser, alors que tout donnait l’impression que l’Adventure (cf: premier single du groupe) touchait à sa fin. Il s’est partout hissé dans les meilleures ventes et ce, dès le jour de sa sortie, explosant une bonne partie de ses records, déjà admirables. À l’aube de la quarantaine Thomas DeLonge ne lâche rien, malgré les nombreuses critiques dont il fait l’objet sur son choix de mettre en avant le projet AVA davantage que celui de Blink-182. Il persévère malgré les aléas, et tant pis s’il cause et attise lui-même certains des conflits, tout se poursuit, tant qu’il tient les rennes.

– Liens –

Ecouter The Dream Walker | Acheter l’album | Facebook | Site Officiel | YouTube



About the Author

bensieuw
20 années bien comptées, amoureux de tout ce qui peut s'écouter. Photographe modeste à ses heures perdues, cinéphile, musicien et comédien à temps partiel. Directeur du projet multi-média, artistique & culturel 'curious world.'. Ben', rédacteur musique à The Chemistry Magazine.




 
Les articles
 

 

Arcade Fire – Everything Now (Columbia)

C’est probablement le groupe le plus intéressant de ces dernières années dans le milieu indé. Arcade Fire s’est forgé une légende en essayant d’échapper au marketing tout en sachant en […]
by Benjamin Valbon

 
 

Super73, la ride californienne passe à l’électrique

Mes chimistes, aujourd’hui je vous propose de voyager en ma compagnie. Mais pas n’importe quel voyage ! Traversons l’Atlantique pour rejoindre le pays de l’Oncle Sam. Place à la West […]
by AntoinePlu

 
 
Phoenix Ti Amo

Phoenix – Ti Amo (Glassnote Records)

Il est loin le temps de l’insouciance, du farniente, de la dolce vita. Et pourtant, c’est dans cette période sombre que Phoenix décide de sortir, avec son sixième album studio, […]
by Benjamin Valbon

 

 

Découverte/20 – La « Substance Matinale » de Le Monkey

Coucou les copines ! Aujourd’hui on va se pencher sur un truc hyper important pour la musique : le choix d’un artiste. Parce que oui, les artistes, les DJ et […]
by Pieral

 
 

Myles Sergé – Everything In Darkness Comes To Light EP part. II : : Monochromie et polychromie musicale, un régal !

Revenons ce mois-ci sur l’une des dernières sorties de l’artiste issu de la banlieue de Détroit, j’ai nommé : Myles SERGE. Derrière ce visage à demi-mot mystique se cache l’une des […]
by David

 



0 Comments


Soyez le premier à commenter!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *