The Chemistry Magazine I Online magazine covering music, art, fashion and more.
Online magazine covering music, art, fashion and more.


Interview

13 janvier 2013

Entretien avec Fairmont

More articles by »
Written by: Marlène Daisy
Mots-clés : , , ,
3389_241982092601374_1744363962_n

En partenariat avec la soirée Boarding Pass produit par Greenroom et en collaboration avec l’agence éthique Le Son Moderne, qui s’est déroulée hier à Marseille, nous nous sommes entretenus avec le producteur Fairmont, qui se produisait avec Max Cooper et Traumer.

Jake Fairley aka Fairmont, Canadien d’origine, a su construire sa carrière en une dizaine d’années à raison de 3 albums et de multiples EP sur des labels tel que Border Community, Traum Schallplatten et My Favorite Robot. Sans cesse en tournée, Fairmont a su assoir sa réputation et ne cesse de nous surprendre, son dernier album « Automaton » sorti sur My Favorite Robot Records était un mélange entre dark techno, electronica, et de synthés des années 70 et 80.

Fairmont est un artiste en évolution constante et nous avons voulu en savoir plus sur ce producteur de génie.

 

Français

- En cherchant des infos sur toi, j’ai trouvé pas mal de choses en tapant « Fairmont »; tout sauf de la musique. Tu as produit sous d’autres noms, pourquoi avoir choisi celui là ?

Oui c’est assez embêtant avec google et mon nom. J’ai commencé à l’utiliser il y a une dizaine d’années, avant qu’internet soit autant important pour la musique. A l’époque les gens cherchaient de la musique chez les disquaires et non en ligne donc c’était pas si grave si mon nom n’était pas facile à référencer. Si j’avais à le refaire il est certain que je choisirai un nom différent, mais c’est mon identité et ça a pris du temps et du travail pour la construire donc j’y suis attaché haha.

- Tu as eu une longue carrière musicale avant de rejoindre la Border Community. Entre tous les projets que tu as menés, les collaborations que tu as faites et les groupes dont tu as fait partie. Est-ce que l’on peut dire que c’est tout ça qui fait l’originalité de la musique de Fairmont ?

Mes productions sous le nom Fairmont sont les plus importantes pour moi. C’est le projet que je prends le plus au sérieux. Les sideprojects et les collaborations me servent à essayer de nouvelles choses et à développer de nouvelles idées. Quand je travaille sur un album sous le projet Fairmont c’est comme si je reprenais toutes les idées sur lesquelles j’ai pu travailler et que je les polissais pour en faire quelque chose de fini et complet.


Fairmont – Bercy by fairmont

- D’ailleurs, comment est-ce que tu pourrais nous présenter ta musique ? Le type de son que tu produis ?

Je pense qu’il est assez dur de décrire ma musique en utilisant les genres et styles standarts comme point de référence. J’infuse de la musique électronique avec du rock et de l’indie, mais ce n’est pas ce qui fait la qualité du son. Beaucoup de gens mélangent ces éléments et en font quelque chose d’horrible. C’est une question de règles personnelles. Je suis super difficile sur ce que j’écoute et sur ce que je veux faire, mais ça ne suit pas forcement de règles standarts. Mes amis sont très souvent surpris de ce qu’ils trouvent dans ma bibliothèque iTunes. Et ils le sont encore plus quand ils regardent les morceaux les plus écoutés. C’est un mélange étrange de morceaux que j’aime et qui m’inspirent.

- Tu as récemment quitté la Border Community pour rejoindre My Favorite Robot Records. Est-ce que tu peux nous expliquer ce changement d’enseigne ?

J’ai toujours travaillé avec plusieurs labels. Je ne dirais pas que j’ai « quitté » Border community pour choisir de travailler avec MFR sur mon nouvel album. Quand je l’ai fini, j’ai rencontré les mecs de MFR et j’ai su instantanément que je voulais travailler avec eux. Ils sont de Toronto et on a beaucoup de choses en commun. Il s’est avéré que c’était une bonne décision et l’album a été un succès, ça m’a aidé à gagner de nouveaux fans.

- Tu as fait ce changement à l’occasion de la sortie de ton dernier album. Est-ce que tu peux nous le présenter ?

Automaton est mon 3ème album sous le projet Fairmont. J’ai voulu faire quelque chose de différent de ce que j’avais déjà fait. J’aurai trouvé ça ennuyant de faire un album sur la continuation de mon précédent, alors j’ai développé de nouvelles sonorités et une nouvelle approche de l’écriture. Le résultat final est un défi, un album de Fairmont mais plus sombre autour d’une structure de morceau pop.

- Pour Gazebo, je sais que le morceau est ancien mais je suis vraiment fan de ce qu’il dégage, est-ce que tu peux nous parler de sa création, de son histoire ?

Et bien, c’était il y a un petit moment déjà alors c’est pas facile de s’en rappeler, mais on va essayer. Une chose dont je me souviens c’est que la mélodie d’intro devait avoir un rôle plus important, mais avec le développement du morceau ça ne collait plus. Finalement, je m’en suis servi d’introduction, je n’en aurais probablement pas fait si ce morceau n’avait pas été là. Du coup, je suis content d’avoir eu ce morceau sous la main car il est parfait pour cela. Gazelle (la face B ) a été faite en premier. Je savais que James Holden (ndlr: Boss de Border Community) allait l’aimer alors j’ai décidé de lui envoyer, mais j’ai pensé que quelque chose de similaire mais plus orienté dancefloor était nécessaire pour l’autre face. Alors je me suis assis et j’ai écrit Gazebo en 30 minutes.


Fairmont – Gazebo by fairmont

- Lorsque tu te retrouves en studio, est-ce qu’il y a un rituel que tu suis avant de commencer ? Tu prends quelque chose ? Alcool ? Drogue ? Autre ?

Le café. Je suis vraiment à propos du café. Faire de l’exercice est aussi important pour avoir un esprit sain

- Janvier, c’est une nouvelle année qui commence ! En France, on a le droit de se souhaiter bonne année jusqu’en février, que peut-on te souhaiter ?

Je souhaite simplement ne pas arriver au burnout (ndlr: syndrome d’épuisement professionnel). J’ai beaucoup travaillé ces derniers temps et j’étais constamment sur la route, en tournée. C’est comme ça que je vis, constamment actif, je dois juste apprendre à me relaxer également.

English

- While I was looking for some information about you, I found a lot of things just typing « Fairmont »; I found everything but things related to music. You produced under other nicknames, why would you choose this one?

Yes, it’s pretty annoying with google and my name. I starting using it over ten ears ago, before the internet was so important to music. Back then people found music in stores and not online, so it wasn’t such a big deal if your name was not so google friendly. I definitely would pick a different name if I was to do it all again. But this is my brand and it took a lot of time and work to build it and so I’m stuck with it. haha.

- You had a long musical career before joining the Border Community. You have been into a lot of projects, collaborations and you have also joined numerous bands, can we say that Fairmont’s sound takes its roots from all these ?

My work under the Fairmont name is the music that’s most important to me. It’s the project that I take most seriously. With other projects and collaborations I can try different things and develop ideas. When I make a Fairmont album it’s like refining the ideas I have been working on lately and polishing them into something kind of final and complete.


Fairmont – Bercy by fairmont

- For that matter, how could you introduce your music? How could you present the type of sound that you produce?

I think it’s hard to describe using the standard genres and styles as reference points. I fuse electronic music with rock and indie, but this is not what makes it good. Many people mix these elements and have terrible results. It’s all about my personal rules. I am extremely picky with what I like to hear and what I want to make, but this doesn’t follow very standard lines. Friends often are confused by what’s inside my itunes folder. Their even more confused by what’s in my top listens. It’s a weird mixture of stuff that I like and am influenced by.

- You have recently left the Border Community and you’ve decided to join My Favorite Robot Records. Could you explain such a change?

I have always worked with many labels. So I wouldn’t say that I « left » Border Community so much as I chose to work with MFR for my new album. Around the time I finished my album, I met the guys from MFR. I instantly knew I wanted to work with them. Their from Toronto and we have a lot in common. The decision was a good one as the album has been a great success and has helped me gain some new fans.

- You made this change for the release of your latest album. Can you introduce it to us?

Automaton is my third album under the Fairmont name. I wanted to something different than I had done before. Simply continuing what I had done on my last album would have been boring for me. So I developed a new sound and a new approach to songwriting. The end result is a defiantly a Fairmont album, but it’s a bit darker and based around the pop song structure.

- I wanted to talk about the song called “Gazebo”, I know this is an oldy but I’m a huge fan and I love the feeling I get when I here it. Can you tell us a bit about how you created it and also about the other tracks?

Well that was a long time ago, and it’s hard to remember, but I will try. One thing that I remember was that the intro melody was supposed to play a bigger role, but as the song developed it was no longer working well. So in the end I simply made it into an intro, which I might not have bothered with if it wasn’t just sitting there. I’m glad it was though, because it works so well. Gazelle (the b-side) was done first. I knew Holden would like it and decided to send it to him, but I thought doing something similar, but a bit more dance floor oriented was needed on the flip side. So I sat down and wrote Gazebo in about 30 minutes. Later I would fuss on little details, but it was definitely one of those songs that comes together quickly.


Fairmont – Gazebo by fairmont

- When you find yourself in the studio, is there any ritual you follow before starting making music? Do you take something? Do you dring? You do drugs? Maybe something else?

Coffee. It’s all about coffee. Getting enough exercise is important too for clearing the mind.

- Sounds like a new year will begin in January, as usual ! However, in France, we can wish happy new year until February, so what do you want us to wish you?

I guess just wish that I don’t get burned out. I have been working really hard lately and traveling all the time. This is how I like it, being busy, I need to learn how to relax too.

FairmontAutomaton / My Favorite Robot Records / iTunes

-Links-

Fairmont / Facebook / Soundcloud / Site



About the Author

Marlène Daisy
Créatrice. Promos - Partenariats: daisy@the-chemistry.net




 
 

 
Velvet-Uncle-Balfour-2011-copy

L’étrange monde de Peter Ferguson : un bestiaire fantastique qui vient secouer la tradition de la peinture à l’huile

Salut les chimistes ! Aujourd’hui on découvre le travail d’un artiste canadien qui manie avec talent la peinture à l’huile : Peter Ferguson. En 1992, le bonhomme est diplômé de l’Ontario College […]
by Morgane Stampfer
0

 
 
a-selection-vestes-reseaux-sociaux

Sélection des vestes pour affronter l’automne avec style

Un week-end ensoleillé de profité la semaine dernière, quelques journées de pluie sont passées et depuis, un bon petit froid s’amène. Comment s’adapter avec une météo pareille? Je me suis […]
by Daniel Yiu
0

 
 
artworks-000087665376-8stfn7-t500x500

THE CHEMISTRY X DEEPERKΔY – Selection of the week #30

Yo les chimistes, what’s good? C’est encore moi Deeperkay, vieux renard de soundcloud pour vous servir, et vous donner votre dose hebdomadaire de bonnes vibes avec l’espoir de vous faire […]
by Kevin Ferenczi
0

 

 
1001381_401351706642187_801468205_n

Klark Kennt, ce héros

Départ pour Krypton en direction d’une techno tout droit descendue des étoiles. Klark Kennt, homonyme du célèbre héros, ne se cache pas derrière son costume mais plutôt derrière ses platines, […]
by Quentin
0

 
 
10537097_1452723691646997_5710361893057351938_n

INTERVIEW – Roman Kouder

Étant de retour pour quelques jours à Paris, on a décidé d’aller à la rencontre d’un jeune et talentueux artiste parisien et amoureux du XIème arrondissement nommé Roman Kouder. Ce […]
by Anthony
0

 




0 Comments


Soyez le premier à commenter!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>