The Chemistry Magazine : Online magazine covering music, art, fashion and more
Online magazine covering music, art, fashion and more


Interview

10 février 2016

Interview + Podcast The Chemix #20 – Korgbrain

Il y a bien longtemps que The Chemistry n’avait entrepris pour vous mes chimistes une petite interview d’artiste accompagnée d’un chemix pour l’occasion… La tâche vous paraît plutôt simple à première vue mais cela dit, un certain temps fut nécessaire pour dégoter la perle rare qui agite nos sens et facultés les plus enfouies.

Un certain KORGBRAIN m’est soudainement venu à l’esprit car ce dernier fait parler de lui aux sens artistique et musical bien-entendu. Artiste, dj & producteur français pour la divulgation d’une musique électronique plurielle et membre de différents projets, Fabien de son prénom, interpelle. Cela m’incite à lui presser le pas afin de connaître son univers propre, cette intimité artistique qui incombe à sa personnalité et l’intérêt qu’il éprouve à cet environnement musical.

Ce rouennais de vingt-cinq ans présent dernièrement sur la programmation du Festival de « La Friche, La Belle de Mai » (Marseille) sillonne les différentes routes de France et de Navarre depuis quelques temps maintenant. Une passion qui subjugue le rêve pour certains et dont la nécessité fut de l’inviter de ce fait. C’est avec « la pêche » et l’enthousiasme qui lui est propre que ce dernier a cordialement accepté de répondre à nos questions. Attention, « Yabon ! ».

– Interview –

Salut Fabien ! Alors, sans perdre un instant et une « goutte » de ce que tu vas nous raconter, pourrais-tu déjà te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas ?

Yo ! Moi c’est Fabien, bientôt un quart de siècle !

Ton nom d’artiste « KORGBRAIN » est assez atypique en soi non ? D’où t’est venue l’idée ?

C’est assez naze… j’avais pas la prétention de faire de la musique autrement que pour m’amuser, d’où le nom très léger. Je tiens à le préciser, je n’ai pas autant de qualité qu’un Korg, mais j’ai aujourd’hui plus d’un Korg à mon arc ! (rire)

Quelles sont tes principales influences musicales ?

Jazz, hip-hop, soul, future-funk, techno

Quel est ton outil de travail favori ?

Mon Fender Rhodes Mark I de 1973, à chouchouter comme une pièce de collection !

Parle-nous de ton projet SBVSNCLT et avec qui partages-tu cette « aventure » ? Démystifie-nous sa signification…

SubVisionCult est une improvisation de A à Z. Avec Julien, mon associé, on s’est capté deux jours sur Marseille cet été. On a branché les machines, j’ai cliqué sur REC et on a joué en impro non stop pendant 8 h, chaque jour. On a quelques trucs sympathiques…. C’est brut, mais authentique. C’est ça l’idée, et en live c’est la même chose. On ne sait pas où on va, mais on y va. Jusque là, que de bonnes surprises. Julien aka JR NT, ½ de The Grind aux côtés de DJ Naughty J (NTM), a énormément d’influences musicales de son côté, relativement complémentaires des miennes, du coup sur le projet SBVSNCLT c’est un régal !

(https://soundcloud.com/sbvsnclt)
(https://www.facebook.com/sbvsnclt/)

Tu tiens également en « host » une émission de radio sur Marseille ? Raconte-nous la genèse de ce projet et son devenir.

En effet, depuis 3 mois maintenant, j’ai carte blanche chaque premier mercredi du mois de 22h à 23h sur les ondes de Radio Grenouille (Marseille).  La génèse du projet remonte au mois d’Août suite à ma date sur le toit terrasse de la Friche Belle de Mai aux côtés de Glenn Astro, plateau concocté par Radio Grenouille. On m’a proposé après mon set d’animer une émission, je n’ai pas pu refuser !

Retrouvez les émissions en podcast sur soundcloud :

https://soundcloud.com/korgbrain/sets/wave-future-radio-show-radio
https://www.facebook.com/wavefuture/

Tu effectues plusieurs dates entre Rouen, Paris et Marseille… A posteriori donc, quelle est ta vision de la scène musicale (underground) et artistique en France ?

À Rouen, ça se développe sérieusement depuis 2 ans. Enfin c’est une « sinusoide » : je pense que 2016 sera la bonne pour Rouen ! Concernant Marseille c’est assez dingue, les évènements de qualité de manquent pas à travers les différents établissements marseillais. Je conseillerai vivement la Friche Belle de Mai, le Cabaret Aleatoire, sans oublier le Festival MARSATAC, et bien sur le Baby Club, dont la programmation est ultra fat toute l’année, sans parler de son équipe géniale et l’ambiance chaleureuse du club !

Si on se souvient bien, tu as produis la partie instrumentale du morceau Shlag Music de l’artiste/graphiste Grems ? Comment as-tu perçu cette collaboration à titre personnel ?

Pour être clair je ne m’y attendais pas, et si on m’avait dit ça je n’y aurai pas cru. C’était il y a trois ans maintenant : Grems jouait à Rouen, dans la salle du 106 (Club), et j’étais convié à jouer avant. Après cet événement, on s’est retrouvé « à la cool » dans un appart à discuter autour de la musique tout en écoutant des bons classic (Omar S, Moodyman…) et un pote lancé un track que je venais de faire, et Grems a tout simplement kiffé et a voulu kicker dessus et le joindre aux tracks de son album VAMPIRES. Mais ce qui est vraiment cool, c’est qu’on sera amené à collaborer à nouveau cette année…

Question plus personnelle ; en imaginant que tu travailles en dehors de cette sphère artistique ; As-tu une hygiène de vie particulière ?

Je suis relativement saint de corps et d’esprit. Je ne me mets pas dans des situations que je déplorent de base… Mais j’observe beaucoup, ça me suffit…

Il y a quelques années, tu écrivais déjà quelques articles pour The Chemistry. Quel(s) étai(en)t ton ou tes objectif(s) dû(s) au fait d’estampiller ta plume sur un magazine web ?

Oui c’est vrai ! La passion pour la musique m’a amené à vouloir en parler. Un vrai plaisir que d’aller recueillir des réponses auprès d’artistes que l’on affectionne, leur proposer un set exclusif, et contribuer à notre échelle à la communication autour de leur projet. Pour moi c’était aussi simple et bon que cela. Mais les études m’ont un peu écarté ! Aujourd’hui je le fais à travers la radio, à travers des évènements aussi. Mais je ne dis pas que je ne reprendrai jamais la plume ! (rires)

Quels sont tes futurs projets (musicaux) afin de pérenniser ta passion ? Un album peut-être ?

Tout d’abord un E.P Hip-hop, sur le label SALT IN BANK de Grems. Naturellement, on viendra sûrement briser quelques codes ! Ensuite, un E.P davantage techno / ambiant, ça me tient tout autant à cœur. L’album viendra sûrement ensuite au détour d’un voyage pour quitter toute sorte de « parasites ».

Un souvenir marquant lors d’une date, d’une session studio ou tout autre événement ?

Mes meilleurs souvenirs en quelques lignes :

– Une soirée à jouer avant Chloé et Jeff Mills il y a quelques années.
– La Machine du Moulin Rouge pleine lors d’une soirée Embrace par Allo Floride où j’ai eu la chance de jouer aux côtés de STWO, Cyril Hahn, Bodhi
– La soirée Marsatac x Rinse France au Baby Club de Marseille et bien sur l’event Radio Grenouille avec Glenn Astro, artiste dans mon top 5 2015 !

Un souvenir décevant et qui t’a remis en question personnellement ?

J’ai oublié ! (rires) mais chaque jour je me remets en question, peut-être même trop ! Ça fait parti du jeu.

Un dernier mot ?

Merci The Chemistry Magazine, bonne écoute du podcast !
Pour 2016, vivez d’amour et de musique fraîche !

– Podcast The Chemix –

– Links – 

Korgbrain // FacebookSoundcloud



About the Author

David
David, Co-founder Label Barbe, Dj/Producer à Dave John's, love people who keep a smile.




 
 

 
La Brigade Schoolbus

[Interview] Road trip en Amérique du Sud à bord de La Brigade

Retour en Janvier de cette année, j’aperçois dans mon newsfeed une photo d’un SchoolBus fraîchement acheté de retour de Phoenix, de quoi me donner l’eau à la bouche en une […]
by AntoinePlu

 
 

The Chemistry recrute !

The Chemistry est en évolution et de ce fait, nous recherchons des rédacteurs SÉRIEUX, motivés, bénévoles, possédant un esprit d’analyse et une bonne qualité rédactionnelle. Voici les profils recherchés 2 […]
by Marlène Daisy

 
 

« Drowning In You », ou « l’eargasm » absolu

Mention un peu spéciale aujourd’hui mon chimiste, je dois l’avouer ! Figure-toi que je suis parti à la rencontre de quelqu’un d’assez spécial pour moi. En effet, il y a […]
by Robin

 

 
Slow Hours Interview

Slow Hours: Ils sont beaux, ils sont chauds !

Salut mon chimicos comment ça va ? Aujourd’hui on est parti à la rencontre du tout nouveau crew français « Slow Hours » qui est en train de tout tabasser […]
by Robin

 
 

On a parlé streetwear avec les créateurs de la marque Flyzer

Hum ! Comme ça sent bon, tu le sens mon chimiste ? Ça sent les bons basics, ça sent le streetwear à plein nez ! Née en plein cœur de […]
by Kevin urkel

 



0 Comments


Soyez le premier à commenter!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *