The Chemistry Magazine : Online magazine covering music, art, fashion and more
Online magazine covering music, art, fashion and more


Music

7 août 2013

Jeremiah Jae & Oliver The 2nd – RawHyde, et les barillets crachèrent des glaces à l’eau.

 

Artiste : Jeremiah Jae & Oliver The 2nd
Album : RawHyde
Date de sortie : Plusieurs
Disponible sur : iTunes

 

Verset 1.1

Août a vu l’atmosphère se craqueler, les mains poisseuses et les éclats dans nos demi-sourires. Accablés, tous unis dans la sueur et les coups de masse du baromètre. Les coups de feux se nourrissent du vide laissé par les vagabonds. La quête d’une brise, du coin d’herbe fraîche. Le sang chaud dans les grandes lignes, il n’y a que le sens de propre dans ces volutes. La chaleur c’est l’animal. Les chimères coulées dans le bitume. Les cheminées perdent en pertinence.

Verset 1.2

Sans compter l’énorme travail sur les samples et sur les instrumentales en général.

tumblr_mhmj60gB7W1qe0j7vo1_1280
Verset 2.

C’est donc très clairement l’album de l’été. Ou du moins l’album des nuits d’été où, changé en bête de transpiration et de sommeil manquant, l’esprit s’en va arpenter des asphaltes inconnus. Exotisme sauvage, vélocité hasardeuse : tant mieux putain.

Verset 3.

Il se passe des choses au dehors. Le sol qui craque et les rares brises qui se superposent ne masquent pas les vies qui s’animent dans la moiteur de ces nuits de Juillet. Mise en exergue. Les fenêtres ouvertes finissent de nous foutre au cul la pudeur de nos espaces. Quand les lumières s’endorment c’est la ruée vers l’or des pauvres. Bride abattue, hypophyse. J’ai la fontanelle qui craque, des nerfs que l’ombre porte aux nues. On songe à nos cauchemars, ils nous trouvent en premier les yeux grands ouverts de nos vaines tentatives à forcer le coffre-fort. Mauvaise plage dealée une misère aux coins de rues glauques, lampadaires haletant, dans l’attente. Le truc est dans le rouage, ça va terreur, ça va sérénité, au gré de l’humeur de l’instant. Rien ne tient dans les temps quand on rentre dans ces considérations nocturnes, l’air est changeant, la mélodie pensive, indomptable sans forcer. C’est la bagarre. De celles qu’on gagne difficilement. La pression atmosphérique darde au garrot, tension et jugulaire sanguine jusqu’aux tempes, manque d’air. Métazoaire révélé dans les intermittences de grâce lunaires. Rythme régulier, pression égale dans le tapis de feuilles et d’graviers. Qu’il entre, qu’il soit préparé à la suite. Au final, une curiosité teintée de prudence me pousse à la verticalité. Apparition pleine de panache dans l’encadrement du vide, les insectes et les hérissons m’auront troqué la nuit pour un peu de ridicule.

a2435106348_10
Verset 4.

Un mois. Un long mois sans article à fournir, l’échine cassée. François Hollande m’a écrit, j’étais ému et puis le café m’a ramené sur une surface plus sûre. Me voici de retour, cadences en place. L’aléatoire est une notion des plus agréables quand on y réfléchit. Vous noterez que cet article est en plusieurs parties, et aucune explication ne sera fournie à ce sujet. Bisous.

Verset 5.

Jeremiah Jae est un artiste que je n’écoute pas assez, de même qu’Oliver The 2nd puisque je savais tout simplement pas qui c’était. Le fait est qu’ils ont sortis un projet commun tout récemment – notion toute relative, le 19 Mars 2013 c’était pas non plus la semaine dernière – dont j’avais aperçu quelques titres traîner et qu’on m’a conseillé fortement. Malgré une certaine appréhension due à une de ces périodes cycliques où le rap me sort par le cul, j’ai jeté une oreille désinvolte à ce 16 titres (à guetter également : Raw Money et Bad Jokes). J’ai pris l’air chaud pour un courant d’air. Cet album est chargé d’une tension omniprésente, de celles que l’on ressent quand le plafond de nuage nous embrasse le front avant l’orage. Les coups, l’attente. La pression à l’intérieur, la foudre. Le tout se laisse pourtant écouter sans que le temps ne s’allonge. Il s’efface, semblable à ces ténèbres sans fins d’air sec et de draps humides. J’ai entendu les nuits d’été dans la canicule, celles des errants et des pensées continues. Les vents jouissifs comme les poids colossaux de la pesanteur sur l’air ambiant se sont croisés, entremêlés et succédés sans faux pas. J’ai entendu le verre d’eau froide, la lave dans les phalanges et l’impertinence des choses qui s’apprêtent à céder d’un instant à l’autre. L’impatience qui parcoure irrémédiablement le squelette. La folie.



Wild Krème Hickok.


 

Liens : 

Jeremiah Jae facebook / twitter / soundcloud / website
Oliver the 2nd facebook / twitter / soundcloud 

 

Tanguy à la correction.



About the Author

Admin
Promos : Contact@the-chemistry.net / Partenariats : Daisy@the-chemistry.net




 
Les articles
 

 

Nouveau level de franchi pour « Manifesto »

Manifesto… Manifesto.. Et oui mon chimiste tu as déjà entendu ce nom quelque par chez nous… Il y a de ça quelque temps je le classais au rang de « […]
by Robin

 
 

Organic Chemistry #15

Tatouages, photographies, typographies… Tous ces mots, activités ou passions, sont peut-être différents pour vous mais en réalité, ils se rassemblent tous sous les mêmes thèmes entre créativité et partage. Depuis [&h...
by Marlène Daisy

 
 

Organic Chemistry #14

Tatouages, photographies, typographies… Tous ces mots, activités ou passions, sont peut-être différents pour vous mais en réalité, ils se rassemblent tous sous les mêmes thèmes entre créativité et partage. Depuis [&h...
by Marlène Daisy

 

 

L’eSport & Overwatch : The Chemistry soutient AvecLe6 !

T'étais pas prêt à ce qu'on soit supporter. C'est pas grave, on t'aime toujours, mais pas autant que AvecLe6.
by Pieral

 
 

Organic Chemistry #13

Tatouages, photographies, typographies… Tous ces mots, activités ou passions, sont peut-être différents pour vous mais en réalité, ils se rassemblent tous sous les mêmes thèmes entre créativité et partage. Depuis [&h...
by Marlène Daisy

 



0 Comments


Soyez le premier à commenter!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *