The Chemistry Magazine : Online magazine covering music, art, fashion and more
Online magazine covering music, art, fashion and more


Music

16 février 2017

Kawrites dévoile son premier EP

More articles by »
Written by: Pieral
Étiquettes : , , , ,

Grandir dans la musique, c’est une chose. S’y faire sa place et commencer à en créer en est une autre. Nombreux sont les appelés et très rares sont les élus pour reprendre la formule. Et pourtant, en allant dans les recoins sombres du net – entre quelques trucs douteux – on peut vite dénicher de véritables tueries.

Des artistes pas assez connus qui méritent de prendre un peu la lumière. C’est le cas de Kawrites. 
Si IPSOS ou l’INSEE et tous leurs potes se posaient les vraies questions, il ne fait aucun doute qu’elle aurait très vite une meilleur côte de popularité que certains auprès du grand public

Enfance dans la musique ? Oui.

Cours de musique ? Oui.
Univers musical ? Oui.
Première sortie ? Oui.


Kawrites sera donc notre échantillon du jour. Un exemple à retenir pour illustrer le fait que de nombreux artistes restent cachés. Après PokemonGO, on pourrait facilement s’amuser à tenter de tous les trouver. Une quête légèrement plus intéressante que la première d’ailleurs… Bref, Romane, de son vrai nom, baigne dans la musique depuis un bail et a déjà roulé sa bosse avec quelques instruments. Ennui ou envie de tenter de nouvelles choses, elle se lance dans la MAO (et voilà un mot pour briller en société ou à côté de la machine à café) sous le nom qu’on lui connait.

De là commence l’aventure de Kawrites. Loin d’une volonté de défendre les droits de nos amis ruminants, ce nom fait référence à sa vie et l’envie de la retranscrire et la partager en musique. C’est d’ailleurs cet aspect qui fait la touche de Romane, une musique empreinte de sentiments et d’expériences. Les premières sorties donnent naissance à un univers musical riche en émotion qui s’affine au fur et à mesure pour devenir celui qu’elle nous présente dans son premier EP : Lunar.

La notion de partage est d’autant plus présente que cet opus a été réalisé avec l’aide de donateurs qui ont permis de tout mettre dans la boîte. Si ses premières productions semblaient déjà se tourner vers un univers musical, les 6 titres de l’EP viennent finaliser le tableau de la plus belle des manières.

Lunar s’ouvre de la plus belle des manières avec un titre à vous faire tomber. Piano éthéré et basses lourdes de conséquences viennent claquer les murs pour faire place à la musique. Si on a pu dire de Rone qu’il savait créer des univers depuis sa chambre étudiante, on peut dire la même chose de Kawrites avec cette entrée en matière. La suite s’annonce toute aussi belle avec, toujours, un côté sombre ou nocturne dans lequel le piano tombe de quelques octaves avant de laisser le rythme arriver et à nouveau s’estomper.

C’est là que réside la magie de cet EP. Un peu comme dans une relation amoureuse, on passe d’un stade à un autre sans difficulté. Des phases différentes allant de la douceur à la luxure en passant par la trahison ou la peur. Chaque morceau revêt son sentiment et l’exprime à travers des claviers plus ou moins vifs, des rythmes appuyés ou suggérés et des détails plus ou moins discrets. Il est loin le temps où Kawrites expérimentait sur son PC, là on est dans l’expression d’une maturité musicale. Et même les plus frileux en matière de production musicale assistée par ordinateur s’y laisseront prendre

Au final, Kawrites signe la première page de son aventure musicale avec un EP inspiré et influencé par des noms comme Nils Frahm ou Sascha Funke. Le disque pourra facilement trouver sa place à côté de ces noms. Et oui, il est disponible au format freesbee. Il suffit juste de laisser un petit mail à l’artiste pour le recevoir. Pas de panique pour autant, il est disponible chez tous les bons dealers en streaming. Et comme disait Nagui, on peut aussi aller voir les artistes en vrai pour leur dire qu’on aime ce qu’ils font.

Kawrites vous attend sur la scène de la Coopérative de mai à Clermont-Ferrand le jour de la Saint Valentin et le 18 mars au Batofar de Paris.


Liens

Facebook // Soundcloud // Youtube



About the Author

Pieral
Chat du net et rédacteur du réel passionné de musiques plus ou moins intelligentes, de jeux plus ou moins compliqués et de culture web plus ou moins NSFW.




 
Les articles
 

 

Samifati, l’homme qui mélangeait violons et pads avec classe.

Jouer du violon. Sur papier, ce n’est pas le truc le plus sexy que l’on puisse imaginer. Pendant que certains vont s’imaginer de belles montées orchestrales sur fond de toussotements […]
by Pieral

 
 

Des hoodies par le Champion du hoody… Champion !

Définitivement le hoodies était la pièce de l’année, l’indémodable était redevenu trends comme jamais. Entre les modèles unis, à motifs, ou à logo qu’on a vu débarquer, certaines marques ont […]
by Kevin urkel

 
 

« Drowning In You », ou « l’eargasm » absolu

Mention un peu spéciale aujourd’hui mon chimiste, je dois l’avouer ! Figure-toi que je suis parti à la rencontre de quelqu’un d’assez spécial pour moi. En effet, il y a […]
by Robin

 

 

La triloknit, épisode 1 : Asics, le nouvel entrant

Ah le Knit… Quelle superbe innovation. On reviendra sur la création de la matière, le design et la technologie la plus légère du sneak game dans l’épisode 3 (teaser, teaser, […]
by Kevin urkel

 
 

« Rooftops Horizon », back at it again.

Bon maintenant mon chimiste interdit de dire que tu ne les connais pas. Nos parigos de « Rooftops Horizon » ce n’est pas la première fois que tu m’entends parler […]
by Robin

 




0 Comments


Soyez le premier à commenter!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *