The Chemistry Magazine : Online magazine covering music, art, fashion and more
Online magazine covering music, art, fashion and more


Interview

12 avril 2016

L’interview du prof #3 – Vaati

More articles by »
Written by: Simon
Étiquettes : , , , , , ,

À l’occasion de la sortie de son EP « Adventures », The Chemistry Magazine est allé à la rencontre du beatmaker français Vaati.

Vaati, c’est déjà deux mixtapes et un premier EP. On le croise souvent avec le rappeur Nusky sur la plupart des morceaux les plus écoutés de son répertoire. Pour la petite histoire, la « rencontre » serait issue d’une bagarre et se serait suivie d’un gros câlin… Son style est complexe et lui-même a du mal à le définir.

Rencontre avec l’un des plus prometteurs dans les années à venir!

C’est l’interview du Prof.

Vaati // Facebook Soundcloud

INTERVIEW 

« Vaati », ça vient d’où ce nom ?

Un souvenir.

Pour ce qui est de la compo, comment tu t’organises ?

Je compose à la guitare ou au piano, quand j’ai une grille d’accords qui me plait vraiment, je commence à composer les éléments mélodiques autour de ma suite d’accords, puis je cherche les textures qui vont accompagner ce premier jet, ensuite je commence à bosser mes batteries, les arrangements, la basse etc. Quand j’ai un truc assez solide, je structure mon morceau et je commence à bosser les arrangements de liaisons entre les différentes parties. La partie la plus longue c’est la finition du morceau, les derniers breaks, les dernières mélodies que je vais vouloir ajouter etc. Et parfois c’est beaucoup plus désorganisé que ça bien sûr, on ne peut pas contrôler l’inspiration de manière aussi rationnelle à chaque coup !

Tu utilises quel logiciel de création ?

Logic Pro 9.

Des fois on croirait que tu es né 30 ans trop tard. Les années 80 c’est cool non ?

J’ai une tendance à fantasmer sur le passé, mais pour les années 80 ça serait mentir de dire que c’est ma plus grosse influence. J’ai été éduqué musicalement par l’histoire du blues des années 1920-1930 puis par toute la musique des sixties ! Je m’y connais pas énormément en musique des années 80, je commence seulement à tomber amoureux du jazz de cette période.

Comment s’est faite la rencontre avec Nusky ?

Gros hasard. On s’est battu dans la rue et après on s’est fait un câlin. Du coup on a commencé à faire du son ensemble.

Pour la collaboration, tu fais l’instru et lui pose dessus ? Ou c’est une réflexion commune ?

Quand on travaille sur un projet ensemble, il vient chez moi et on travaille à deux sur les textures sonores qu’on veut utiliser, la composition, le choix de la structure des chansons, etc. On va essayer de trouver les mélodies qui collent le mieux à ce qu’on recherche musicalement. Et parfois ça va être un peu plus chacun chez soi comme sur « Goodbye », où la seule chose qu’on a vraiment composé ensemble c’est le refrain !

– Pour le clip « Goodbye », vous avez réussi à rester sérieux ?

Obligés d’être sérieux à Noisy-le-Grand.

Parmi les styles que tu mixes dans tes morceaux, quelles sont tes bases ? Genres/artistes confondus.

Ma base c’est le blues comme tous les artistes aujourd’hui et sinon je pourrais pas te dire ce que je mixe comme styles musicaux car c’est inconscient. Mais je peux te dire qu’en ce moment j’écoute exclusivement Earl Klugh, Bob James, Justin Bieber, Michael Jackson et Lee Ritenour.

Les featuring ultimes pour l’album ou sur scène d’ailleurs, ça serait qui ?

Benjamin Biolay, Rihanna ou Justin Bieber.

Le nouvel EP « Adventures » est sorti il y a peu, bientôt un nouvel album ?

Le prochain projet n’est pas prévu pour tout de suite car composer des chansons, les maquetter, les enregistrer, les mixer, les masteriser, écrire des clips, tourner des clips, monter des clips, préparer la promotion et faire des pochettes, ça prend énormément de temps…Si ce n’était pas le cas ça serait avec grand plaisir qu’on sortirait des projets tous les mois ! Je pense que les auditeurs ne prennent pas forcément conscience des mois de travail intense qu’il y a derrière un projet.

Printemps de Bourges bientôt, première grosse date non ?

La plus grosse en terme de public je sais pas, mais une des plus importante c’est sûr.

– Prochaines dates de live ?

On joue à Montreux, après on joue à Bourges, puis à Limoges avec Gyneco, et on a d’autres dates jusqu’en juin. Il faut aller voir sur Facebook il y a toutes les infos.

D’ailleurs, un bon souvenir de live que t’as fait ?

La Cigale en première partie de Georgio c’était fabuleux !

Et un live en tant que spectateur ?

The Rolling Stones.

– Une dédicace à faire ?

Merci The Chemistry Magazine et big up à tous mes elfes de nuit.

Vaati – Adventures (Free Download)



About the Author

Simon
simon@the-chemistry.net




 
 

 

« Drowning In You », ou « l’eargasm » absolu

Mention un peu spéciale aujourd’hui mon chimiste, je dois l’avouer ! Figure-toi que je suis parti à la rencontre de quelqu’un d’assez spécial pour moi. En effet, il y a […]
by Robin

 
 
Slow Hours Interview

Slow Hours: Ils sont beaux, ils sont chauds !

Salut mon chimicos comment ça va ? Aujourd’hui on est parti à la rencontre du tout nouveau crew français « Slow Hours » qui est en train de tout tabasser […]
by Robin

 
 

On a parlé streetwear avec les créateurs de la marque Flyzer

Hum ! Comme ça sent bon, tu le sens mon chimiste ? Ça sent les bons basics, ça sent le streetwear à plein nez ! Née en plein cœur de […]
by Kevin urkel

 

 

Rencontre avec Nicolas Reverdito, directeur de HIP OPsession

Après vous avoir présenté le festival HIP OPsession et sa programmation la semaine dernière, The Chemistry part à la rencontre de Nicolas Reverdito de chez Pick Up Production pour vous […]
by Marlène Daisy

 
 

Quand « Le Comptoir Auditif » nous propose son buffet à volonté.

Salut mon Chimicos, alors cette rentrée ? Je sais pas si t’as remarqué mais je pense que ton stream FB s’emplit peu à peu d’articles du style « Grosse vague […]
by Robin

 




0 Comments


Soyez le premier à commenter!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *