The Chemistry Magazine : Online magazine covering music, art, fashion and more
Online magazine covering music, art, fashion and more


Fashion

14 février 2017

On a parlé streetwear avec les créateurs de la marque Flyzer

Hum ! Comme ça sent bon, tu le sens mon chimiste ? Ça sent les bons basics, ça sent le streetwear à plein nez !

Née en plein cœur de la Pink City, Flyzer est la marque qui grimpe les échelons à la vitesse GRAND V !

Issue du génie créatif de deux potes, Flyzer s’inspire des cultures urbaines et « street-baller » qui les ont vu se réunir. Quoi de mieux que de se nourrir de ce qu’on aime le plus ?

Chez Flyzer, on aime les basics du streetwear, on aime les bons gros hoodies (l’instant cocooning lorsque tu enfiles ton hoodies… Tu le connais ? La famille !).

Bien-entendu, la marque ne repose pas que sur le célèbre « jumper », tee-shirts et autres accessoires sont aussi au programme. Celle-ci prône clairement les produits « responsables » et le « made in » France… Résultat ? Une qualité de produits autrement supérieure ! Tous ces « classics » du streetwear sont présentés avec un taf acharné sur les logos (nous, on valide le petit tank « izi » chez TC).

Le virus a vite prit : la « Flyzer Army » grandit de jour en jour et ce n’est pas prêt de s’arrêter. En effet, les deux créateurs sont en perpétuelle création de nouvelles collections et de nouveaux produits. Il va donc falloir checker les nouveautés pour les chinés mon chimiste… Et pour ça, rien de tel que l’Instagram (@flyzerbrand) et leur Facebook .

INTERVIEW

Hey Flyzer, parlez-nous de votre rencontre ?

Bastien : On s’est rencontrés au centre de formation de basket-ball au lycée à Auch. On a de suite reconnu les addicts de sape et sneakers. On partageait tous les deux les mêmes centres d’intérêts (baskets, sapes, sneakers, rap us), valeurs que l’on partage toujours autant des années après jusqu’à aujourd’hui. C’est important pour nous de se sentir frais dans les « clothes ».
Steevy : On suit depuis petits les marques streetwear. On baigne dans cette culture depuis minot. C’est le basket qui nous a réunit, aujourd’hui c’est flyzer qui continue d’entretenir cette relation plus amicale que professionnelle. Au départ, on avait plus dans l’idée de faire des stuffs cool, nos propres visu. et faire partager ça autour de nous. On a pris conscience qu’il existait une réelle demande.

Peux-tu me parler du projet ?

Bastien : La marque s’est créée le 24 Septembre 2016. Le premier mois était calme : normal comme tous les débuts. Mais rapidement, les mois qui ont suivi, on a su sortir de bons visuels dans un style épuré au bon moment. Ca a pris de l’ampleur de jour en jour, on s’est dit qu’on allaient continuer à s’investir à fond et surtout s’adapter ! Flyzer, c’est avant tout le rêve de deux bros passionnés par le streetwear qui a su se concrétiser

Pourquoi avoir choisi « Flyzer » ?

Steevy : On a choisi « Flyzer » pour sa consonance anglaise qui rappelle de suite le côté « streetwear » qu’on veut dégager. C’est un mot qui sonne bien et qui dégage une bonne vibe. Nous visons un public plutôt jeune qui aime la culture streetwear, les amateurs de Hoodies, Beanies caps ou autres…
Bastien : Les projets futurs sont de se développés encore plus, sortir de nouveaux visus, donner l’envie aux gens de porter « Flyzer » et de se sentir à part, dans la vibe de « Flyzer » !

Bon bah, il ne te reste plus qu’à commander ton « hoodies », l’enfiler (te sentir heureux) et aller taper un rider à la Vince Carter.
Pour rejoindre le crew, pas le choix, faut cliquer les chimistes ! -> http://www.flyzer.fr/



About the Author

Kevin urkel
Un barbu sneakerhead à qui Vegeta a légué la technique du Final Flash & les 7 Dragon Balls. (Sneakers, NBA, Lifestyle, Musique, Art, Food, Photographie) / Ig: Passionurkel / mail: urkel@the-chemistry.net




 
Les articles
 

 

DeMare DeRozan, le plus véloce des Raptors

Enfant de Compton, ami d’enfance du Barbier Harden, étudiant à la Fac USC, une draft à Toronto en 2009 pour devenir l’enfant chéri du Air Canada Center. DeRozan et les […]
by Kevin urkel

 
 

Samifati, l’homme qui mélangeait violons et pads avec classe.

Jouer du violon. Sur papier, ce n’est pas le truc le plus sexy que l’on puisse imaginer. Pendant que certains vont s’imaginer de belles montées orchestrales sur fond de toussotements […]
by Pieral

 
 

Des hoodies par le Champion du hoody… Champion !

Définitivement le hoodies était la pièce de l’année, l’indémodable était redevenu trends comme jamais. Entre les modèles unis, à motifs, ou à logo qu’on a vu débarquer, certaines marques ont […]
by Kevin urkel

 

 

« Drowning In You », ou « l’eargasm » absolu

Mention un peu spéciale aujourd’hui mon chimiste, je dois l’avouer ! Figure-toi que je suis parti à la rencontre de quelqu’un d’assez spécial pour moi. En effet, il y a […]
by Robin

 
 

La triloknit, épisode 1 : Asics, le nouvel entrant

Ah le Knit… Quelle superbe innovation. On reviendra sur la création de la matière, le design et la technologie la plus légère du sneak game dans l’épisode 3 (teaser, teaser, […]
by Kevin urkel

 




One Comment


  1. je découvre ce magazine…..super.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *